30 avril, 2017 - 22:38
Syndicate content
   
Text Size

François Lavigne - Joueur / Entrepreneur / Coach / Papa

C'est avec grand plaisir que nous vous présentons M. François Lavigne. Il est un membre de l'AUM depuis de nombreuses années, vous l'avez surement déjà vu sur le terrain. Si vous avez eu la chance de jouer avec ou contre lui, vous avez remarqué son esprit du jeu remarquable et son désir de partager sa passion pour l'ultimate. Il est souvent sur les lignes de côtés des équipes juniors pour aider dans leur encadrement et leur développement.

 

Nous vous le présentons parce que nous sommes fiers de travailler avec lui. Il est dévoué, enthousiaste et transpire une énergie positive contagieuse. François menera un projet de développement junior dans son quartier (Notre-Dâme-de-Grâce / Côtes-des-Neiges ou NDG/CDN). Ce projet a pour but d'initier des jeunes (6-17 ans) au sport de l'ultimate. Un des objectifs de ce projet est de présenter une équipe aux Jeux de Montréal en avril 2015 où l'ultimate sera en démonstration.

 

 

Nous vous invitons à en apprendre un peu plus sur François et les raisons qui le motivent à s'impliquer dans le développement de l'ultimate auprès des juniors. Si son témoignage vous rejoint et que vous voulez vous impliquer dans un projet semblable, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse junior@montrealultimate.ca

 

Quel est votre métier?

Je suis travailleur autonome, programmeur-analyste.

 

Avez-vous des enfants? Jouent-ils au ultimate?

J’ai trois garçons, 9, 11 et 17 ans. Ils ont tous commencé à jouer au ultimate cette année.

 

Depuis quand jouez-vous au ultimate?

J’ai commencé à jouer au ultimate en 1997 à Québec, sur les Plaines d’Abraham et sur les terrains de l’Université Laval.

 

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce sport?

L’esprit du jeu et les possibilités de dépassement de soi.

 

Quels autres sports pratiquez-vous?

Je joue au badminton ainsi qu’au golf l’été.

 

Quelles sont les différences entre le ultimate et les autres sports?

L’esprit du jeu est un élément particulier du ultimate. Bien que l’on retrouve à différents niveaux ce principe dans d’autres sports, au ultimate, il a une place prépondérante et ce, tant au niveau récréatif que compétitif.

 

Pourquoi êtes-vous impliqué au niveau du développement du junior de l’ultimate?

Parce que j’adore le ultimate et que j’ai des enfants qui sont en âge de jouer. Je suis entraineur au soccer depuis plusieurs années et j’ai dû mettre de côté l’ultimate car je n’avais plus le temps pour moi. En m’impliquant pour le ultimate au niveau junior, je retrouve mon sport en plus de partager ma passion pour celui-ci.

 

Quel est le plus grand défi auquel un entraineur fait face avec des jeunes de 6 à 12 ans?

La motivation des jeunes pour le sport est diversifiée. La différence d’âge entre 6 et 12 est énorme. Le niveau de jeu est également très variable. Être capable de satisfaire le plus de jeunes est probablement le plus grand défi.

 

Quelle solution avez-vous trouvée pour surmonter ce défi?

Il y a plusieurs raisons pourquoi un jeune pratique un sport. J’essaie donc de garder l’attention des jeunes sur le sport tout en s’amusant. Il faut bien se préparer, être à l’écoute des jeunes, et surtout s’adapter à eux.

 

 

Quelle est la plus grande satisfaction à être un entraineur de jeunes de 6 à 12 ans?

Quand les jeunes se présentent la séance suivante, plein d’enthousiasme, prêts et qu’ils en redemandent encore.

 

Quel est votre rêve pour le sport de l’ultimate dans les années à venir?

Qu’il y ait partout au Québec des ligues organisées pour les jeunes comme dans les autres sports. Que le ultimate soit un sport officiel aux Jeux du Québec. Qu’il y ait une plus grande visibilité pour le sport.

 

Comment percevez-vous que l’ultimate sera un sport en démonstration en 2015 aux Jeux de Montréal?

C’est fantastique! C’est certainement un pas dans la bonne direction. Je vais assurément présenter une équipe dans mon arrondissement et je souhaite fortement que d’autres s’impliquent afin que les 24 délégations aient leur équipe.

 

Quelles recommandations pourriez-vous donner à quelqu’un voulant s’impliquer au niveau du développement du ultimate avec la clientèle junior?

Parlez de vos projets. Il faut en parler avec les autres, avec les gens de l’AUM, de la FQU, de votre association régionale. Les installations sportives et les jeunes sont là; il ne manque qu’une petite connexion entre eux et ceux qui veulent s’impliquer. Demander, en parler et continuer!

 

Merci François pour ton implication, ton enthousiasme

et ton désir de transmettre ton esprit du jeu!